Blog

Réflexions : Témoignage d’un amputé du téléphone

D’abord, un peu de biologie. Le téléphone portable (Telephoneum Portabilis) est un organe du corps humain apparu au cours du 21ème siècle suite a une rapide évolution de la technologie. Il s’agit du seul organe humain qui n’y est pas directement attaché. Il s’agit d’une sorte de pavé rectangulaire dont la taille, la couleur, et la performance varie en fonction de l’individu. Le téléphone portable se développe généralement vers l’adolescence même si des cas de plus en plus fréquents rapportent que certains individus reçoivent leur premier portable vers 10 ans (voir 5 pour les cas les plus rares). Mais a quoi sert donc cet organe si particulier ? Eh bien il est à lui seul une amélioration de la plupart de nos outils biologiques. Il nous sert a communiqué plus loin et plus efficacement, à réfléchir plus vite, à nous divertir, nous servir de seconde mémoire, bref vous le savez surement déjà car vous avez tous un téléphone. Non pas tous ? Eh bien non. En effet selon certaines études, il serait tout à fait possible de vivre après une ablation du téléphone. Certains cas (rares) ont été rapporté qui prétendrait être né sans téléphone, et déclarent même ne pas souffrir de ce manque. Cette affirmation prête à sourire mais il existe des personnes qui ont vu leur vie littéralement basculée après leur Téléphonéctomie. C’est le cas de Jean, 20 ans qui vit à Lyon. Il a accepté de témoigner pour nous.

« Tout a commencé un samedi matin. Réveillé a 9h21, je me suis dirigé vers la cuisine pour y prendre mon petit déjeuné. J’ai consulté des articles d’actualité jeux vidéo avec mon IPhone. Tout allait bien, c’était une journée normal quoi. Mais c’est là que ça s’est produit. En voulant attraper mon chargeur, j’ai bousculé mon téléphone et je l’ai fait tomber sur le carrelage. Sur le moment je n’ai pas bien réalisé ce qui c’était passé. Je suis resté le temps d’une demi-seconde dans le vague. Mon portable était étendu face contre terre. De minuscules morceaux de verre brisés étaient étendus à côté de lui. J’ai ramassé ce qu’il en restait : ce n’était pas beau à voir. La vitre littéralement explosée en haut a gauche, et le reste traversé de toute part par des fissures. » Ce douloureux passage de la vie de Jean, qu’il nous décrit comme un traumatisme, est l’élément déclencheur du syndrome que les chercheurs appellent le mal du téléphone ou plus couramment « syndrome du téléphone fantôme. »

« Je savais que je pouvais le faire réparer, j’ai une assurance, mais rien que l’idée de m’en séparer était difficile. »  Son témoignage est bouleversant. C’est finalement avec beaucoup de courage que Martin décidera d’envoyer son téléphone en réparation. C’est durant l’attente, que le syndrome fait son apparition. Une sensation de manque décrite comme intenable. « On as toujours envie de mettre sa main dans sa poche pour vérifier. C’est un réflexe tellement basique. Quand on se pose une question ou qu’on veut parler à quelqu’un, eh bien on ne peut pas. Alors on est obligé de demander aux gens d’appeler pour nous un tel ou de chercher telle chose sur google. On se sent handicapé et assisté. C’est dur. »

Jean nous a livré son témoignage avec beaucoup de transparence. Cette expérience a laissé des traces, mais aujourd’hui Jean a reçu une bonne nouvelle. Son téléphone a pu être réparé et il le récupèrera d’ici une dizaine de jours. Une fin joyeuse donc mais qui soulève tout de même une question : Pouvons-nous vraiment vivre sans cet organe qui nous semble si nécessaire ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s